Accueil » Archives » Landry le Kamikaze

Landry le Kamikaze

Landry le Kamikaze

À l’aube de l’été, quand les regards se tournaient d’avantages vers le palier futile, Bernard Landry a remis sa démission en tant que Chef légitime du Parti Québécois. Il a aussi laissé son compté vacant. Il l’a fait après qu’un vote de confiance ne s’avère, à ses yeux, insatisfaisant.

Je crois qu’il s’agissait sans aucuns doutes d’un sacrifice; il a admit humblement qu’il n’était plus l’homme de la situation.

L’homme qui s’est littéralement donné pour l’avènement de la légitimité national, Bernard Landry, l’homme, a démissionné.
Il a abandonné, découragé; non pas parce qu’il n’a guère toléré d’être poussé hors du bateau qu’il avait lui-même co-construit, mais parce qu’il n’acceptait pas les motifs qui faisait de lui un politicien désuet.
Au fond, pourquoi les gens n’aimaient pas Landry?
Vous! Pourquoi vous n’aimiez pas Landry?
On l’a ridiculisé parce qu’il se permettait quelques citations latines…et alors? C’es-tu si grave d’avoir un président cultivé?

L’annonce de la démission du Chef tomba comme une bombe dans l’arène politique supra-provinciale. Elle fit remonté la fibre patriotique.
Comme s’il s’était attaché sur lui une bombe rassemblant tout ce dont les gens pouvaient reproché au PQ. La bombe a éclaté, propulsant l’idée souverainiste par un vent poussiéreux, et laissant son Parti blanc comme neige au soleil!

Alors maintenant venons-en au point. Landry fait de la politique depuis 30 ans. Il savait très bien l’ampleur que prendrait son départ dans l’atome même de la cause. Il savait que la presse prendrait cette nouvelle comme la possibilité d’une relance du Parti.
Comprenant cela, il avait l’opportunité de préparé sa sortie de façon à provoquer la ferveur nationaliste?
Il aurait pu appeler Duceppe et lui demandé si lui, était prêt à faire le saut? Évidemment qu’il lui aurait répondu que l’enjeu des prochaines élections fédérales étaient primordiales pour l’idéal séparatiste?
Comprenant ce qui se passait, Duceppe et Landry aurait pu convenir de faire la transition au mois de février? Après les élections? Mais non ….
Me semble que c’est pas si compliqué? Pourquoi Landry laisse-t-il son parti dans une course qui s’étire, arrosant les feus de la bombes qu’il a détoné à même ses années passé au PQ?
En plus, l’acharnement péquiste à chasser Pauline Marois du caucus suggère inutilement à la race féministe de se révolter.

Landry, s’il avait pensé deux minutes, aurait du réaliser qu’une course à la chefferie trop serré éparpille les militants; tandis qu’une course facile rassemble tout le monde autour du chef!
Grâce à Landry, Charest aura au moins dix arguments supplémentaires pour rabaisser le PQ aux prochaines élection provinciale. Premièrement parce qu’il peut proposer l’existence d’une aile « pure et dur » au sein du PQ. Ensuite il pourra traiter les péquistes de sexistes après l’évidente chute de Pauline.

Et dire que Duceppe aurait pu arrivé plus « hot » que jamais à Québec en février ! Si Landry avait penser plus que deux minutes avant de partir, on aurait pas eu tout ces problèmes.

Je ne vois que trois avenus pour répondre à ces questions;
1.Il ne s’agissait pas réellement d’un sacrifice, plutôt une écoeurantite aigue!
2.Landry est vraiment aussi malhabile qu’on le prétend, et dans sa bonne volonté, il n’a pas pensé comment s’organiserait sa succession.
3.Landry n’aime pas Duceppe.(Ou n’a pas confiance en lui)

Des trois solutions, je n’en trouve aucune qui tienne vraiment la route…
Sauf celle qui propose un « burn out » de la vie politique; c’est peut-être normal? Après avoir vu Trudeau joué les bourreaux au premier référendum? Après avoir vu le même vendu rire dans la face du Québec lors du rapatriement forcé de la constitution. Après avoir vu Mulroney prendre le monde pour des cave avant de s’excusé de n’avoir pu amené le Québec dans la constitution! Après avoir vu les médias le laissé tombé, alors qu’il accepta les caméras tout au long de son dernier périple électoral! En voyant la chienne battue lui poussé dans le cul pour qu’il quitte! En comprenant que Lévesque n’avait pas réussi à convaincre tout le monde. En voyant que Parizeau n’a pas pu faire mieux!
En vivant tous ça, année après année, est-ce que ça se peut que devant un vote de confiance décevant, il se soit regardé dans le miroir? Ça se peux-tu qu’il se soit demander pourquoi il avait fait tout ça?
Il a été dégoûté par cette goutte qui faisait déborder le vase.

Faut savoir que les kamikazes donnent tous leur vie pour une cause.
Sauf qu’individuellement; ils sont tous déçus de leur propre accomplissement et ils souhaitent tous mourir au plus vite!

Landry s’est donné pour le Québec pendant 30 ans! Je et tous devrions être extrêmes reconnaissant envers lui.
Je ne sais pas pour vous, mais moi, je ne lui demandais que deux minutes de réflexion de plus avant de se faire sauter!
P.S. Les purs et durs, c’est comme les terroristes; on les croit impitoyables et capables du pire, mais au fond; ils n’existent même pas. Ils ne sont qu’un objet de peur. Qui en a déjà vu un?


Soyez le premier à placer un vote!

2 réflexions au sujet de “Landry le Kamikaze”

Laisser un commentaire