Accueil » Archives » Le Plan Boisclair

Le Plan Boisclair

Le Plan Boisclair

Le Plan Boisclair commence à sortir du sac. J’ai bien aimé son intervention à Dutrizac lundi soir (j’ai pas encore le vidéo malheureusement) dans le dossier des municipalités lorsqu’il mentionnait qu’une des premières choses qui serait amené lors de l’indépendance du Québec serait de redonner plus de pouvoir fiscaux et de liberté d’interventions aux municipalités. C’est pas mal de même que j’ai toujours vu ça moi aussi… C’est une stratégie de management que les entreprises préconisent. Tu rapproches le pouvoir de ceux qui ont les mains dedans.. C’est plus efficace et si vous voulez mon avis c’est beaucoup plus québécois comme façon de faire.

Il parle aussi de sa plateforme:

  • Les trois axes : Éducation, Environnement , Économie
  • Enlever la taxe sur le capital des entreprises
  • Pacte de protection de l’environnement

Il a été beaucoup critiqué au sein de son propre parti, mais il faut comprendre qu’on ne fait jamais d’omelette sans casser des oeufs. Même s’il s’est alienner une parti de son aile gauchiste, il ne faut pas oublier non plus qu’aucun autre chef de parti au Québec a réussi à recrutter autant de nouvelle force millitante qu’André Boisclair.. Plus de 100 000 à ce qu’on dit! Il faut reconnaitre que c’est impressionnant.

Nous sommes une nation en pleine crise d’identité, il est primordiale aujourd’hui que les québécois s’affirment enfin et se crée ses propres institutions politiques.

Êtes-vous fin prêt à amener notre nation aux Nations-Unies?

On parle d’élection pour la fin mars…

– Matt

Soyez le premier à placer un vote!

Avatar

Matt

Pédagogue, historien, programmeur, marketeur, tantôt de gauche, tantôt de droite, maladroit et baveux. En quête d’indépendance alimentaire, financière et politique. Mathieu est le fondateur du Blogue du Québec et il blogue également à propos de ses passions sur Le Chef Cuisto et Du hockey plein la gueule!

39 réflexions au sujet de “Le Plan Boisclair”

  1. Bien ma dire comme on dit, c’est là ou jamais qu’on va faire la souveraineté du Québec, alors Go For It !

    Le PLQ est un peu trop confiant et il pense que les souverainistes n’ont plus confiance en leur chef, BULLSHIT !!

    Vive le Québec libre, cette fois là c’est la bonne.

    Répondre
  2. Ce qui me plait le plus chez Boisclair, c’est qu’il parle de souveraineté, et ce même à la veille d’élection imminente. Ces prédécesseures en parlaient à reculon, surtout en période électoral. Je croix qu’il y croix vraiment, pas mal plus que Bouchard et Landry.

    Sur le plan environnemental je lui accrode toute ma confiance. Rien de plus a dire.

    Pour ce qui est de la loi 142, je donne parcontre crédit au syndicat et j’espère que Bloiclair se rangera derrière les millitants plus à gauche sur ce point.

    Bref, avec un PQ divisé, un Québec Solidaire qui nous retire des voix, un Ambiguite Démagogique du Québec (ADQ) qui prend des forces et un parti libéral qui donne des bonbons à tout le monde à 1 mois des élections. J’ai le feeling qu’on se dirige vers un gouvrnement minoritaire au Québec.

    Répondre
  3. ouais..moi je me rappel d’un Landry qui disait qu’il ne voulais pas faire de référendum tout de suite parce que c’étais pas le bon moment!! Mais si on attend encore et encore…ca ne sera jamais le bon moment.

    Ca prenais du nouveau sang, c’est fait alors maintenant, faut foncé!!

    si vous-êtes pour un quebec souverain, dites oui je le veux!!!!!!

    Répondre
  4. Je me demande pourquoi je l’ai pas vu avant mais je viens de découvrir votre excellent blogue.
    Ce qui est drôle, c’est qu’un de mes vidéos sur Youtube est dans ton article.

    Je t’en remercie et continue ton bon travail !

    Répondre
  5. Honnêtement, je n’ai pas vu Boisclair à Dutrizac ou a RDI, lors de ses plus récentes interventions publiques. Pour le moment, je ne peux pas voir la vidéo, non plus, puisque je suis au bureau et n’ai pas d’écouteurs.

    Par contre, jusqu’à présent, le nouveau chef du PQ me laisse l’impression d’un gars qui ne sait pas de quoi il parle. Oui, il a quelques idées… mais, systématiquement, il ne semble pas savoir comment les concrétiser. Et, ça, ça me fait peur!

    Alors, pour le moment, je ne vois pas comment confier une province à ce gars là… alors, un pays, encore moins!

    Jour après jour, l’ADQ va chercher plus de transfuge du PQ; est-ce qu’ils montent pour mieux s’écrouler, tel que lors des dernières élections?

    Le PLQ saura-t-il se faire pardonner bien des décisions responsables mais peu populaires?

    Tout comme Sharze, j’ai l’impression que nous nous dirigeons vers un gouvernement minoritaire. Et, pour ma part, je ne sais pas pour qui voter. Le suivrai avec attention les développements des prochaines semaines.

    – Jos –

    Répondre
  6. J’espère réellement que Boisclair va renverser la vapeur et je crois qu’il peut y arriver.

    Dans le fond, il n’a pas fait de si grosses gaffes, les médias ont tout grossis, comme il le fond avec tous les sujets.

    J’ai voté pour lui à la chefferie et je ne regrette plus mon choix !

    Répondre
  7. Je crois moi aussi qu’il peut renverser la vapeur et je crois que la locomotive vient de démarrer…

    Ça fait 1 an et demi qu’il est le chef du PQ et qui se tient quelque peu loin de la scène ce qui lui a été reprocher beaucoup… Mais le monde est pas cave, ils sont entrain de réaliser que ça fait 1 an et demi qu’on fait des jokes de crack de fesse sur André Boisclair et qu’on a pas encore vraiment écouter c’est quoi qui avait à dire..Puis je peux vous jurer qu’il sait de quoi il parle, il va gagner plusieurs points dans les débats.

    Pendant ce temps, Boisclair a fait le ménage au PQ, l’aile ultra-gauchiste des temps felquistes se sont tassés et pour la première fois depuis toujours, le PQ ont une vision économique de ce que sera notre pays.. Il a été chercher des candidats populaires comme Pierre Curzi, Drainville, Loubier, Lisette Lapointe..

    Je suis étonné du penchant libéral pour des élections prochainement. À mon avis, il croyait le PQ plus affaibli qu’ils le sont en réalité. Parce que ils vont rentrer en élection en ayant remplit aucune de leur promesses électorales et avec aucun règlement sur le dossier du déséquilibre fiscal.

    Aujourd’hui, il reste quoi à reprocher à André Boisclair? Pas grand chose… Le linge sale qui était plus ou moins pertinent a été lavé et il ne reste que du vent à ses critiques.

    J’ai la forte présomption que suite a une vague non-justifiée de critique, on navigue ensuite sur un capital de sympathie. Et c’est ce qu’André Boisclair se doit d’exploiter dans les prochaines semaines en expliquant sa plateforme de façon clair aux québécois.

    Répondre
  8. Merci Crapok!
    Je suis bien content que tu es trouvés le blogue, ça fait toujours du bien de voir du sang nouveau et tu traines avec toi une maudite belle collection de vidéo..

    Je voudrais t’inviter d’ailleurs sur le forum au http://peaudecastor.com/forum .. on a une belle tribune du peuple avec une multitude de sujet!

    😀

    Répondre
  9. Le problème dans ce programme est qu’il manque un gros morceau: la Santé.

    Dans le fond, Les Québécois se foutent de l’éducation. Si un parti promet le retour au bulletin traditionnel alors tous les parents seront contents et fini le problème de l’éducation.

    POURTANT, LA GRANDE FAIBLESSE DE CHAREST EST LA SANTÉ!

    Les deux super hôpitaux universitaires tant promis et toujours attendus.

    L’attente dans les urgences qui a diminué parce qu’on parque maintenant les malades ailleurs que dans le couloir. (Ça fait tellement bien pour les statistiques!)

    Pourquoi le PQ ne dénonce-t-il pas ces deux éléphants blancs (les hôpitaux universitaires)? Le projet partenariat public-privé coûtera une fortune aux contribuables québécois.

    Boisclair devra dénoncer beaucoup plus le gouvernement Charest. Et il faudra qu’il parle de la gestion désastreuse en matière de santé du gouvernement Charest.

    Ce qui m’inquiète en tant qu’électeur, c’est que j’ai l’impression que Boisclair trouve, dans le fond, que les politiques sociales et économiques sont tout à fait correctes.

    Alors pourquoi remplacer Charest par un chef de l’opposition qui semble d’accord avec ses politiques?

    Pour l’instant, mon vote ira pour Québec Solidaire à moins que Boisclair annonce clairement une position dénonciatrice sur les méga-hôpitaux qui seront un gouffre financier sans fond. Mais j’en doute.

    Francorick

    Répondre
  10. L’éducation c’est super important mais personnellement j’opterais pour une réforme en profondeur… Je suis ecoeuré de voir des gars de 15-16 ans se faire dire par leur orienteur que c’est l’université ou té poche… Ça leur rentre dans la tête et après ça il se rende compte après avoir changer de branche 4 fois qui serait pas mal mieux payé et à sa place dans la construction… Pire que ça, je vois certains de mes chums se faire chier à faire du secondaire 4 à l’éducation aux adultes pour aller faire de la mécanique ou de la construction… Y’as-tu qqun qui peut ben m’expliquer ça va leur servir à quoi?

    On devrait en séparer une méchante gang après le secondaire 3, pis payer les orienteurs à la performance… parce qu’honnêtement il en arrache pas mal nos orienteurs.

    Répondre
  11. Et Francorick,

    Je suis d’accord qu’il devrait taper plus solidement sur les faiblesses de Charest, et d’après moi il va le faire.. La santé c’est un axe politique important au Québec mais en réalité qui croit encore aux promesses de politicailleries de la Santé? On se fait bourrer le crane élection après élection avec le santé pis ça reste ben jammer pareil..

    Pour améliorer la santé, personnellement, je donnerais plus de liberté au phamarcien.. Le 3/4 du monde sont à l’urgence pour se faire prescrire des pillules contre la grippe. Choses que les pharmaciens sont très bien capable de faire eux-même. Les seuls malheureux là-dedans c’est les médecins qui font des commissions mongoles avec les compagnies de pharma!

    Boisclair, il veut batir une nation forte et le fait qui tombe pas dans les promesses facile de politicien face à la santé je ne vois pas ça d’un mauvais oeil!

    Répondre
  12. Matt,

    Je suis tout à fait d’accord que l’éducation est super importante. Mais il faut réaliser que ce n’est pas un enjeu assez important pour susciter de l’INTÉRÊT dans l’électorat. Il faut que tu réussisses à convaincre un électeur d’aller faire un X dans ta case. Et si Boisclair veut faire de l’éducation un thème majeur, il risque de parler dans le vide.

    Mais les gens sont fatigués d’attendre à l’urgence. Ils sont exaspérés de ne pas trouver un médecin de famille. Ils sont anxieux d’attendre 9 à 12 mois avant de rencontrer un spécialiste et/ou de se faire opérer. C’est un irritant majeur pour l’ensemble des Québécois. Les méga-hôpitaux sont inutiles. Gardons l’argent (Il paraît qu’il est si rare au Québec) pour traiter les patients. Il faut que Boisclair fasse de la santé un enjeu majeur: sinon il va se faire planter.

    Parce que je le répète et je le maintiens: la gestion de Charest en santé est désastreuse et c’est son talon d’Achille.

    Francorick

    Répondre
  13. Resalut Matt,

    Juste un mot pour te dire que ce matin un sondage me donne raison:

    La santé toujours devant

    Le sondage révèle également que la santé demeure la première préoccupation des Québécois. Ainsi, 34 % des répondants jugent que c’est l’enjeu le plus important de la campagne qui s’annonce. L’environnement arrive deuxième à 21 %, suivi du développement économique et de l’emploi à 13 %. Les accommodements raisonnables, thème omniprésent dans l’actualité ces temps-ci, ne sont considérés comme le principal enjeu que par 6 % des répondants.

    Le sondage a été réalisé auprès de 1000 Québécois adultes du 7 au 10 février. Sa marge d’erreur est de 3,1 %, 19 fois sur 20.

    http://cf.news.yahoo.com/s/13022007/3/politics-sondage-vers-une-lutte-trois.html

    Il faudra que le PQ se RÉVEILLE et que les Péquistes attaquent sans relâche le bilan catastrophique de Charest en santé. ET le PQ gagnera.

    Francorick

    Répondre
  14. PQ ALL THE WAY. Que dire de plus après tant de belles phrases… La revanche est proche et le futur nous appartient, arrêtons de nous faire « encrâner » leurs façons de faire.OUI, pour de bon.

    Répondre
  15. Le PQ aura toujours mon vote tant que je vais respirer.

    Cependant, je ne sais pas si cette fois sera la bonne, contrairement a Tiois.

    J’aime que Boisclair parle d’un Quebec souverain en pre-campagne electorale et je pense qu’il va en faire un cheval de bataille.

    Je pense par contre qu’on a manque le bateau en 1995 et je doute tres fort qu’on puisse reunir des conditions gagnantes dans le Quebec d’aujourd’hui avec sa population vieillissante et son immigration grandissante.

    On doit continuer d’y croire et d’en parler et je vais continuer d’esperer qu’un jour, on va avoir assez de guts pour mettre nos culottes et criez tous ensemble haut et fort: »FUCK YOU CANADA » We are out of here !

    Répondre
  16. Je suis bien d’accord, on est passé à côté du créneau en 1995, juste à y penser, les larmes me montent, et je crois aussi que là, maintenant, les québécois en général ne sont pas prêt (l’etnie comme disais Parizeau). Mais, insistons et laissons Boisclair faire ses preuves et les convaicre, aidé du crétin à Charest, on est plus fort qu’on le crois.

    Répondre
  17. Marc Laviollette au PQ.

    Matt, tu ne me disais pas que le PQ avait enfin décidé de se détacher de son aile de syndicalistes socialistes régressistes?

    Je n’étais pas sûr d’être prêt à donner sa chance à Boisclair. Avec cette dernière acquisition, ma position est maintenant claire : NON!

    – Jos –

    Répondre
  18. Je croyais vraiment que ça y était Jos 🙂

    Mais ce n’est pas tout mauvais non plus… La province est hautement syndiqué, tu le sais, je le sais. Ça te fait chier… Moi je dis qui faut les watcher!

    Il faut pas se cacher la tête dans le sable non plus, ils sont pas prêt de disparaitre.. Et aucun parti au Québec n’est capable de négocier avec les syndicats comme le PQ.

    Tiens tes ennemies proche de toi mon Jos et vote PQ 🙂

    Répondre
  19. Matt, l’ennui, c’est que si le PQ parvient à « négocier » avec les syndicats, c’est qu’il finit toujours pas céder sur toute la ligne. Ce n’est pas ça de la négociation; c’est plutôt de l’irresponsabilité aberrante!

    En entreprise, les syndicats sont un mal profond. Par contre, quand les dirigeants ne sont plus capables de faire évoluer leur entreprise dans un cadre de profitabilité en respectant les exigences syndicales, ils mettent simplement la clé dans la porte et font travailler du cheap labor dans un pays émergeant.

    Quand il s’agit du gouvernement, les instances n’ont évidemment pas le loisir d’effectuer ce choix. On se retrouve donc toujours dans la même situation : les syndicats tentent de mobiliser (à tord!) l’opinion publique, le PQ cède, les syndiqués crient victoire et les payeurs de taxes (qui ont appuyé les syndicats!!!) se scandalisent des hausses de taxes et d’impôts.

    À un tel PQ, je ne confierais pas une province, alors imagine un pays!

    – Jos –

    Répondre
  20. Peut-être bien oui, parce que je suis actuellement en beau $#!& quant a l’ingérence politique du gouvernement Harper.

    Un gouvernement, minoritaire, qui n’a clairement pas le mandat des canadiens pour déposer un 2e budget. C’est pas compliqué, s’il avait quelques choses de concret a nous budgetter, il aurait du le faire quant c’était le temps.

    C’Est tout l’insitution démocratique québécoise qui est souillé par le dépot d’un budget fantoche a une semaine des élections.

    Si tu veux mon avis, ça c’est TRES malhonnête.

    Répondre
  21. Pour Jos

    « En entreprise, les syndicats sont un mal profond. Par contre, quand les dirigeants ne sont plus capables de faire évoluer leur entreprise dans un cadre de profitabilité en respectant les exigences syndicales, ils mettent simplement la clé dans la porte et font travailler du cheap labor dans un pays émergeant. »

    Jos, je regrette profondément ton antisyndicalisme. J’aimerais te rappeler que si, aujourd’hui, les travailleurs ont deux jours de congé par semaine, travaille huit heures par jour, c’est que les syndicats les ont revendiqués. Aucun employeur, aucun patron n’aurait accepté d’abaisser le temps de travail. Mon grand-père a travaillé dans une mine et a connu les abus de son employeur et devait travailler 60 heures par semaine pour une poignée de billets dans des conditions extrêmes.

    En entreprise, les syndicats sont un mal profond. Vrai dans certains secteurs (Mais le patron ne fait pas de cadeaux non plus). Mais l’inverse est aussi vrai. En entreprise, le patronat sont aussi un mal profond. Exemple: BCE. Cette entreprise congédie ses employés puis fait appel à la sous-traitance sans aucune honte. Les employés en sous-traitance sont de 40 à 50% moins biens ruménérés Récemment, elle voulait devenir une fiducie de revenu afin que ses actionnaires ne paient pas d’impot sur leurs dividendes. Pour augmenter leur profit, BCE augmente le prix de ses services de 15 à 20% par année. (nettement plus haut que le taux d’inflation) Autres exemple. Bombardier a restructuré sa structure afin de scinder la partie rentable (les véhicules récréatifs) de sa partie à haut risque (l’aétonautique) Ainsi, Ils ont pu conserver leur profit exclusivement pour la famille et pouvoir ainsi demander des subventions (ton argent comme le mien) pour le secteur aéronautique. Ils ont maintenant l’idée de de faire le filage des avions au Mexique (le cheap labor) Évidemment, on ne parle que du filage pour l’instant, mais plus tard?

    Et puis, même si une entreprise est rentable, syndiquées ou non, elles transfèrent leurs activités dans le tiers-monde. Ta paire de jeans est fabriquée par des ouvriers qui sont payés cinq à six dollars par jour. Accepterais-tu de travailler pour un tel salaire? Bien sûr que non. dans beaucoup de pays certains travailleurs essaient de se regrouper pour améliorer leur sort. Selon un organisme onusien qui traite des conditions de travail, 25 à 50 « syndicalistes » dans le monde sont, soit intimidés, soit emprisonnés, soit exécutés.

    Non, pour contrer la dégradation UNIVERSELLE des conditions de travail, il faut se serrer les coudes et cesser de casser du sucre sur les organisations ouvrières. Elles sont là pour veiiler au bien-être des travailleurs. Il est vrai que les structures syndicales sont lourdes, mais c’est un mal nécessaire parfois.

    Pour finir, le PQ n’est pas si tendre avec les syndicats quand il est au pouvoir. Comme fonctionnaire, Lévesque a coupé 20% de son salaire à ma soeur pendant 3 mois de façon unilatérale en 80. Comme enseignant, Landry m’a fait travailler 7 jours sans que je sois payé. (mais on sait bien, les enseignants sont riches à craquer)

    Non, aucun parti au Québec ne fait de cadeau au syndicat. Pas même le PQ, sois rassuré.

    Francorick

    Francorick

    Répondre
  22. Cher Francorick,

    J’apprécie tes commentaires bien articulés.

    J’en conviens, les syndicats ont permis d’offrir des conditions de travail correctes aux québécois. Leur venue était, à l’époque, une nécessité.

    Mais, aujourd’hui, ils ne sont plus des unions tentant uniquement de protéger les travailleurs; ils sont plutôt des pompes à cash, qui veullent un maximum de membre pour obtenir un maximum de pouvoir. Là, les syndicats oeuvrent tout simplement à l’extérieur de leur cour! Les lobbys syndicaux devraient tout simplement être illégaux. Les prises de position politiques des centrales syndicales devraient être critiquées.

    N’oublions pas une chose : les entreprises n’ont qu’un seul but, soit de faire un maximum de cash! C’est la société de consommation, aussi individualiste que les chefs d’entreprises, qui accepte de voir les emplois quitter vers le Mexique.

    C’est aux consommateurs de dire NON à ces pratiques, pas aux syndicats qui ont plutôt inité cette fuite des capitaux. En tant qu’individu, refusez d’acheter des produits fabriqués au tiers-monde. Oui, vous paierez plus cher, mais considérez ceci comme un investissement pour sauvegarder votre emploi. Puis, cessez de payer vos contisations syndicales, ça vous accordera déjà quelques dollars de plus à investir sur des produits fabriqués au Canada!

    – Jos –

    Répondre
  23. Le gros problème avec tous nos chefs de parti, Boisclair, Charest et Dumont, est qu’ils n’ont jamais rien fait de leur vie! Charest a travaillé quelques années comme avocat, Dumont est entré en politique avec la couche aux fesses et Boisclair, le pire du pire, n’avait même pas de diplôme lorsqu’il est rentré député. Il a été obligé d’aller pleurer à Boston quand il a perdu son poste de ministre et sa limousine. Pour bien gouverner, il faut avoir travailler avec les gens, avoir vu comment on crée la richesse, conmprendre comment nos politiques influence nos collègues de travail. Au PLQ, le chef n’a pas cette expérience, mais les membres de son parti l’a. Et ne peut en dire autant du PQ. Est-ce que Pierre Curzi vit sur la même planète que nous??

    Répondre
  24. Monsieur Boisclair a la mémoire courte, les problèmes en santé c’est le PQ avec Lucien Bouchard et Bernard Landry avec leur déficit zéro(qui n’était que menteries) car il y avait quand même déficit. Ce sont eux et tout le PQ qui ont mis à la retraite des centaines de médecins, d’infirmières pour économiser de l’argent. Vous avez eu le résultat ¨Ca
    a pris 4 ans pour réparer ce gâchis, et ça en prendra encore 4 ans pour remonter le système de santé.
    Il en fut de même en éducation, des centaines d’enseignantes et enseignants ont
    été mis à la retraite encore pour le déficit zéro et apres cela on se surprend des problèmes en éducation.
    C’est encore le PQ qui a coupé dans les infrastructures des routes et des ponts de sorte que le gouvernement Charest a dû consacrer des milliards pour rendre les routes décentes.
    Vérifiez vos sources et vérifiez toutes ces informations que je vous donne.
    Flash

    Répondre
  25. Flash

    Vous êtes effectivement trop mal renseigné. Le problème de la santé au Québec remonte aux libéraux de Daniel Johnson fils. Vérifiez…

    Je croix que c’est vous, flash qui a la mémoire courte.

    Je croix aussi que vous souffrez du même syndrome que mon père sois  » C’est d’la faute du PQ si »…

    Prompt rétablissement

    Sharze

    http://www.pq.org

    Répondre
  26. Flash,

    Ton intervention sent la partisanerie à plein nez. Comme on dit dans mon coin: ‘tu dois être teindu rouge de bord en bord.’ Mais j’aime ça. J,aime la confrontation politique.

    Je trouve ça tellement facile de dire que c’est la faute de l’ancien gouvernement. Tous les gouvernements nouvellement élus le font. Au Canada, en Ontario, au Nouveau-Brunswick, en Angleterre, cette vieille rengaine tourne tourne et tourne encore dès qu’un nouveau parti arrive au pouvoir.

    J’ai beaucoup de reproches à faire à Jean Charest.
    Essentiellement: Il n’est pas un libéral, c’est un conservateur. Il a fait partie de l’équipe de Brian Mulroney. Oui, Lucien Bouchard a ravagé les acquis du Québec, mais Jean Charest poursuit la même politique de destruction.
    Son partenariat public-privé en ce qui concerne les méga-hôpitaux m’apparaît comme insensé. Si j’ai bien compris les derniers développements, les entreprises privées seraient propriétaires des hôpitaux et le gouvernement locataire. Après 25 ou 30 ans, le gouvernement en deviendrait acquéreur. Pourquoi, après trente ans? Pensez-y! Une propriété de cet âge nécessite souvent des travaux de restauration. Et à qui fera-ton appel pour réparer? Aux mêmes entreprises, je parie. On aura payé un loyer et on paiera les réparations ensuite. On se demande bien où ira l’argent de nos impôts? À l’entreprise privée plutôt qu’aux patients. C’est drôle, je suis sûr que les Libéraux ne diront aucun mot sur les méga-hôpitaux. Jean Charest a vendu tellement d’immeubles gouvernementaux sans aucun profit réel si bien que le gouvernement loue des locaux maintenant!
    Jean Charest vous dit que la situation dans les urgences s’est améliorée. Bien sûr, on ne parque plus les patients dans les couloirs, on les entasse dans d’autres salles de fortune. Voilà comment on améliore la situation au Québec. On fait faire un tour de passe-passe aux statistiques!
    Jean Charest dit que le gouvernement a allégé le fardeau fiscal des familles à faible revenu? Vrai. mais c’est pour mieux mettre la main dans la poche de droite. Il a commandé des hausses substantielles des tarifs hydro-électriques pour obtenir plus d’argent d’hydro-Québec. Et qui a des logement mal isolés avec comme seul chauffage l’électricité? Bien trop souvent, les familles à faible revenu. Hydro-Québec a éliminé le tarif préférentiel pour les écoles, les églises pour remplir la commande gouvernementale. Et qui a dû sortir les sous de leurs poches? Les commissions scolaires, donc les contribuables! On baisse l’impôt mais c,est pour mieux percevoir de façon indirecte ensuite.
    Jean Charest parle d’unité, d’équipe. Big deal. Combien de ministres ont été remerciés et/ou ont claqué la porte? En ce qui concerne l’unité, auncun gouvernement même libéral, n’a eu des lois aussi controversées, des lois qui ont autant divisé le Québec. Souvenons-nous de la hache dans l’aide financières aux étudiants? Les sessions ont été mises en péril à cause de l’entêtement du gouvernement. Souvenons-nous du Mont-Orford. Un ministre en désaccord? dehors le ministre et peu importe l’avis des gens de la région, on continue notre plan.
    On ne doit pas voter pour le Parti Québécois parce que le parti propose un référendum sur la souveraineté. Mais que propose-t-il pour améliorer le sort du Québec dans la constitution? Rien sauf un coseil de la fédération. Pendant ce temps, les fédéralistes purs et durs, méprisant le Québec, reprennent du gallon au Fédéral: Dion et Justin Trudeau. Quant à Harper, ne vous attendez pas à trop de cadeaux pour nos revendications. (Enfin, c’est vrai que Charest n’en a pas) les sondages montrent qu’il a de plus en plus la cote en Ontario. Et entre plaire aux Ontariens (env 100 sièges) ou aux Québécois (env. 75 sièges), le calcul se fait vite et pas à notre avantage.

    On dit que le passé est garant de l’avenir, j’ai donc décidé de serrer les rangs et de voter PQ. C’est dommage car mon coeur penche pour Québec Solidaire. Mais encore quatre ans avec Charest? Je ne suis pas maso à ce point. Non

    Répondre
  27. Nous, les Québécois, nous ne voulons pas participer à l’imbécile querelle du PQ…

    Ce soir, je prend connaissance d’un sondage parru hier matin. Le sondage disait que seulement 32% des Québécois voulaient voter pour le PQ. Qu’est-ce que cela veut dire?

    Moi, je crois que c’est assez clair…

    Je me permettrai de reprendre le ton de Jacques Parizeau, le soir du référendum, lorsqu’il fit un fou de lui. Alors si je fais un fou de moi, nous aurons lancé une tradition!

    Alors essayons…

    « Messieurs et mesdames les Péquistes, c’est à vous que je m’adresse.

    Je m’adresse un à vous au nom de nous tous, qui avons choisi de ne pas voter pour vous.

    Nous, donc… Nous, les 68% de Québécois qui avons choisi de ne pas voter pour vous, nous ne voulons pas d’un référendum tout de suite.

    Nous ne sommes pas pressés comme vous.

    Nous ne voulons pas être dans un « méga bad trip » avec le reste du Canada l’an prochain.

    Car nous avons du travail.

    Car le Canada a besoin de nous pour prendre le virage vert, et que nous avons aussi intérêt à être en bon terme avec le reste du Canada pour pouvoir travailler ensemble à induire les mêmes changements aux États-Unis. Nous n’avons pas envie d’entrer dans une querelle inutile avec l’Alberta, avec l’Ontario, ou envers n’importe quelle autre partie de ce grand pays qui est devenu le terrain de jeu de nos jeunes qui le traversent d’un océan à l’autre. Nous n’avons pas besoin de nous brouiller avec nos concitoyens du Canada. Nos jeunes ont trop de plaisir à traverser ce pays et à y apprendre l’anglais, ou à y enseigner le français. Nos jeunes ont trop de plaisir à visiter la vallée de l’Ocanagan et à y gagner des masses d’argent! Ils ont trop de plaisir à voyager dans ce pays si différent des États-Unis, si étrangement familier par ces institutions communes et cette coexistence des langues! Nos jeunes, dans le reste du Canada, se sentent plus « chez-eux » que quand ils vont aux États-Unis! Pourquoi détruire ce lien convivial ? Prourquoi briser cette bonne entente, ce sentiment de faire partie du même Pays, même au beau milieu de la forêt sur l’île de Victoria, ou sur le bord du lac Brador.

    Votre projet, de nous brouiller avec tous ces gens, ne nous intéresse plus. En ce moment, nous sommes 68% à ne pas en vouloir. S’il vous plait, par respect pour nous tous, promettez-nous de ne faire un référendum que si vous parvenez à convaincre au moins 50% des gens de voter pour vous.

    Car en ce moment, nous sommes 68% à ne pas vouloir vous suivre dans votre imbécile querelle.

    De grâce, respectez nous.

    François Privé

    Répondre
  28. Sortons les violons car 68% des gens ne veulent pas du PQ mais ne parlons pas que 66% des gens ne veulent pas des libéraux et 80% des gens ne veulent pas de l’ADQ..

    Sans hostilité, une petite question? Pourquoi est-ce que les fédéralistes nous parlent toujours des rocheuses lorsque nous parlons d’indépendance? Est-ce que la grande démocratie canadienne empecherait les jeunes québécois d’aller faire du snow à Whistler (on se le cachera pas, les jeunes vont pas dans l’Ouest pour admirer la culture du Stampede, c’est la belle poudreuse de 10 pouces qui les intéressent) si jamais on se séparait. Des jeunes de tous les pays y font d’ailleurs le voyage pour rider cette belle poudreuse. Est-ce que ça serait différent pour les québécois?
    On nous enleverait notre droit de voyager à l’Ouest?

    La réalité c’est que démocratiquement nous controllons 50% de l’avenir de notre nation, et c’est pour ça que nous nous battons. Ce qui se passe chez nous.

    La poudreuse va toujours être là.

    Répondre
  29. Il n’y a pas que les rocheuses dans notre pays, qui va d’un océan à l’autre. Il y a aussi des gens, et notamment des francophones partout. Plein de gens avec lesquels nous avons plein de choses à construire ensemble, plutôt que de les écoeurer avec les niaiseries du PQ, qui n’ont pourtant l’appui que de 32% de notre population, c’est à dire 7 à 8% des Canadiens.

    Les Péquistes forment 7 à 8% des canadiens. Pourquoi auraient-ils le pouvoir d’emmerder tout le monde avec un référendum dont 68% des Québécois ne veulent pas, et dont 80 à 90% de la population canadienne ne veut pas. Les Canadiens son d’accord en ce point avec 68% des Québécois.

    Vous qui aimez la chicane, messieurs les Péquistes, comme le disait votre cher monsieur Parizeau, pourquoi ne vous contentez-vous pas de vous poignarder entre vous comme vous le faites si bien depuis des mois? Pourquoi ne laisseriez-vous pas les gens constructifs travailler pendant que vous vivez peleinement votre bad-trip de chicane que vous aimez tant?

    Répondre
  30. Le Québec et le Canada sont deux entités bien distinctes, ne l’oublie surtout pas. Le Québec existe depuis bien avant la création de la confédération canadienne. Alors, SVP, laisse les pourcentages de ce que désirent le Canada hors de ce débat.

    C’est une question québécoise, qui se règlera en sol québécois. Point final! Ça c’est le 52% (32% PQ + 20% de l’ADQ autonomiste) du vote nationaliste québécois qui le désire. Et je n’ai pas compté la dessus tous les votes opportunistes libéraux qui ne veulent pas que ça change, mais qui ne veulent pas se faire diriger par le Canada non plus.

    D’ailleurs combien de % des québécois se font diriger par un gouvernement Conservateur qui n’est visiblement pas leur choix.

    Répondre
  31. À Monsieur François Privé,

    Votre ode à la nation canadienne m’a ému jusqu’aux larmes. Notre Bob Gratton national serait aux anges lui aussi. Quel amour pour le Canada où il était interdit dans neuf provinces sur dix d’enseigner en français. Toutes les associations franco-canadiennes ont dû se rendre jusque en Cour suprême du Canada pour obtenir le droit à une éducation en français. Je vous invite à consulter les dernières statistiques canadiennes qui confirment que l’assimilation des francophones s’accélèrent toujours dans votre si beau pays.
    Je n’aime pas non plus que vous ordonniez que vous ordonniez aux péquistes de se taire. Cela va à l’encontre de la charte des droits et libertés de votre si généreuse nation canadienne qui permet à tout citoyen de pouvoir s’exprimer.
    Ce que vous appelez chicane au PQ, moi, j’appelle ça un sain débat démocratique. Le PQ est, c’est une qualité extraordinaire, a toujours invité ses membres à participer aux débats plutôt que de se soumettre à l’exécutif.
    Je suis un indépendantiste. Mais je n’ai jamais été membre du PQ. Je veux habiter un pays: le mien. Je veux avoir un beau passeport avec un fleur de lys. Je veux prendre en main les leviers économiques de mon économie. Je veux avoir le contrôle sur ma culture, sur ma langue, sur ma société. Parce qu’il est là le problème, Monsieur Privé: je n’ai pas d’identité. Je dois me servir de celle de mes voisins.
    Je n’ai rien contre le Canada. Je n’ai rien contre les Canadiens, je les trouve même sympathiques, mais ils ne partagent pas mon identité: ils ont la leur. Et Monsieur Privé, au dernier référendum, 60% de la population francophone québécoise avait dit oui. Alors, vous voyez, je ne suis pas le seul qui attend d’obtenir son autonomie.
    Et si le Québec se sépare, rassurez-vous, le Canada sera toujours là. Il vous accueillera les bras ouverts, en anglais, of course.

    Vive le Québec… aux Québécois

    Répondre
  32. I wish that I could share your point of view but I cant seem to fit my head up my ass as far as you people can.

    Si tu ne peut pas comprendre remercie le P.Q pour ton manque d`education (loi 101).

    Répondre
  33. Mais où est donc passé l’avenir du PQ? À gauche ou à droite? Caché sous l’ADQ ou de QS? Faudra-t-il promettre un référendum encore plus rapide, disons, dans la première semaine du mandat?

    Tout juste deux jours après la défaite, le PQ commence déjà à réfléchir. Bravo. Et le PQ cherche, cherche…

    Attention tout le monde, Bernard Landry et Jacques Brassard indiquent la voie…

    Dans une nouvelle manifestation de sa sagesse, Bernard Landry pointe Boisclair. Il lui attribue la bruyante débandade de lundi soir. Et Michaud seconde. Et Laviolette… Et qui d’autre encore… Espérons qu’André n’a pas rangé trop loin le couteau qu’il avait entre les dents… Il pourrait en avoir besoin… Et souhaitons que les Péquistes ne fassent pas preuve d’homophobie…

    Jacques Brassard, pour sa part, avait déjà sa panacée qui macérait : il recommande un beau gros virage à droite bien senti, comme l’ADQ. Intéressant…

    Avant la dégelée, les jeunes du PQ avaient eux aussi réfléchi à l’avenir du projet souverainiste. Vous vous souvenez des trois mousquetaires qui se promenaient partout avec Stéphan Tremblay? Et ils n’arrivaient pas exactement à la même pharmacopée. Eux, ils parlaient d’écologie, d’alter-mondialisme, de solidarité… À l’époque, on ne les a pas écouté…

    Et Pierre Curzy n’a pas l’air d’être d’accord avec Landry, à propos du nouveau cheuf…

    Maintenant, il faudra regarder le PQ bien attentivement.

    Qui écoutera-t-il? Se trouvera-t-il un nouveau messie jetable? ( Curzy ? Pauline ? Biz ? )

    Que fera le PQ? Se recroquevillera-t-il vers son passé ou se tournera-t-il résolument vers un quelconque avenir?

    Et où est donc caché cet avenir? À droite ou à gauche? Dans le Canada ou nulle part?

    Le PQ deviendra-t-il un parti de droite comme l’ADQ?

    Implosera-t-il complètement dans des querelles fratricides comme celles qu’il a toujours eu lorsque les chefs tentaient de réfléchir autrement que ne l’imposaient les purs et durs? Se folklorisera-t-il ? Sera-t-il sauvé in extremis par un rap des Loco Lokas?

    Qui gagnera la guerre que le PQ vient de se déclarer à lui-même?

    D’après moi, tout le monde en sortira gagnant. Ne serait-ce que par la qualité du spectacle…

    François Privé

    Répondre

Laisser un commentaire