5 bonnes raisons pour se faire un budget

5 bonnes raisons pour se faire un budget

En début d’année, l’Institut de la statistique du Québec nous annonçait que le Québec est la province la plus pauvre du Canada. Bien sûr, les politiciens et les économistes peuvent suggérer des solutions pour renverser ce palmarès peu flatteur, mais si je me fie à mon expérience comme planificateur financier, le principal problème se situe au niveau de notre éducation financière collective.

Nombreux sont les clients que j’ai rencontré qui ne savent pas où va leur argent! Malgré un revenu décent, plusieurs vivent d’une paie à l’autre ou pire encore, sur la marge de crédit.

Ceci m’amène à vous parler de l’importance de suivre un budget.

À quoi sert un budget?

Un budget sert avant tout à bien comprendre comment l’argent est dépensé et où allouer les surplus. De nombreuses ressources existent pour vous aider. Votre planificateur financier est le premier à contacter pour obtenir de l’aide, mais si vous préférez, des cours sont offerts par divers organismes comme par exemple, Option consommateurs. Cet organisme offre des consultations budgétaires gratuites aux gens qui habitent le centre de Montréal. Dans les autres régions, vous pouvez trouver de l’aide en consultant ce répertoire sur le site Toutbiencalcule.ca.

Vous pouvez aussi commencer en utilisant un service comme Mint qui vous permet de planifier et de surveiller vos dépenses.

Voici 5 bonnes raisons pour suivre un budget

1- Vous récompenser

Ça peut sembler surprenant qu’un planificateur financier vous propose autre chose que d’investir les surplus, mais vous méritez de vous récompenser si vous prenez le contrôle de vos finances.

C’est exactement ce que j’ai dit à un ami qui m’avait contacté pour me dire qu’il n’arrivait pas à joindre les deux bouts. En travaillant ensemble sur son budget, il a constaté que son habitude de prendre le déjeuner au restaurant lui coûtait beaucoup plus que les 12 $ sortis de son portefeuille. En effet, 12 $, cinq fois par semaine, 50 fois par année correspondent à 3 000 $. En tenant compte de son taux d’imposition, c’est 5 000 $ en revenus bruts qui sont dépensés au restaurant!

Il a pris la décision de transférer 50 % du budget « restaurant » au budget « voyage en famille ».

2- Mieux comprendre votre situation financière

Que vous soyez seul ou en couple, savoir ce que vous pouvez vous permettre d’acheter n’a pas de prix (désolé pour le jeu de mots, c’était plus fort que moi). Les décisions seront beaucoup plus faciles. Par exemple, si le budget vous permet de dépenser un maximum de 300 $ par mois pour l’automobile, il est fort probable que vous choisissiez une voiture d’occasion.

3- Bâtir un fonds d’urgence

En planification financière, une des premières recommandations est de créer un fonds d’urgence correspondant à au moins trois mois de salaire. Personne n’est à l’abri d’une invalidité, d’une perte d’emploi ou d’un bris de véhicule. En ayant un poste « fonds d’urgence », qui sera priorisé tout de suite après le logement et l’alimentation, vous pourrez le bâtir petit à petit.

4- Réfléchir à ses choix

En avez-vous vraiment besoin? Est-ce un désir ou une nécessité? Quand on écrit sur une feuille de papier que l’internet et la téléphonie coûtent 250 $ par mois, que les cafés achetés à la pause coûtent 80 $ par mois ou que le 5 à 7 du jeudi coûte 200 $ par mois, j’ose espérer que les choix futurs seront différents. Le simple fait de réfléchir à ses dépenses est un pas vers l’autonomie financière.

5- Réaliser un ou des projets

Il y a quelques années, un de mes clients a insisté pour que je rencontre son fils, encore à l’université, pour que je lui parle de l’importance de prendre de bonnes décisions financières. En discutant, il m’affirmait qu’il souhaitait, au plus vite, s’acheter un condo.

Comment s’y prendre? Nous avons simplement préparé son budget en prévoyant que pendant l’été, il devait déposer l’équivalent d’un loyer dans un CELI (il habitait chez ses parents). Pendant l’année scolaire, 25 % de son revenu d’emploi à temps partiel devait être déposé.

Une fois les études finies, son plan prévoyait qu’il resterait encore un an dans la maison familiale afin d’accumuler la mise de fonds nécessaire à l’achat du condo.

Sans budget, son projet ne se serait pas matérialisé.

En conclusion

Je termine en partageant quelques situations que j’ai vues, qui auraient certainement pu être évitées si un exercice budgétaire sérieux avait été entrepris des années plus tôt avec un planificateur financier :

  • un client dont les revenus dépassent 100,000 $ incapable d’obtenir un prêt;

  • un homme d’affaires, à l’apparence prospère dont les soldes de ses cartes de crédit atteignent plus de 60,000 $;

  • une dame qui n’a pas pu se présenter à l’assemblée des créanciers suite à sa faillite parce qu’elle était en vacances en Floride;

  • un couple qui payait des frais d’intérêt de 20 % sur leurs cartes de crédit pendant que des montants étaient disponibles dans leur compte chèque au taux de 0 %.

De petites décisions peuvent faire toute la différence pour atteindre l’indépendance financière… la première étant bien entendu de faire un budget.

Et qui sait, si tout le monde s’y met, le Québec pourrait devenir, en une seule génération, la province la plus riche du Canada?

De petites décisions peuvent faire toute la différence pour atteindre l’indépendance financière… la première étant bien entendu de faire un budget.




André Lacasse

André Lacasse est planificateur financier pour son cabinet en planification financière, Services financiers Lacasse. Il écrit des articles sur son blogue dans le but d’aider les québécois à améliorer leur situation financière.

D'autres articles dans le même genre...

Recevez nos articles par courriel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin ça sur Pinterest

×

Fabriqué à 100% de fierté québécoise! (Depuis 2005)

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir nos histoires drôles et instructives!

On est aussi sur Facebook, si vous aimez mieux!


Non merci, je suis un peu bougon aujourd'hui!