Accueil » Politique et enjeux » International » Les affirmations les plus délirantes de la propagande nord-coréenne

Les affirmations les plus délirantes de la propagande nord-coréenne

13 absurdités de la propagande nord-coréenne qui vont vous faire tomber de votre chaise!

La Corée du Nord est souvent citée comme étant le pays le plus fermé au monde. Et pour cause ! Sa population est prisonnière des frontières qui ne s’ouvrent que très rarement pour des dignitaires étrangers et quelques touristes triés sur le volet.

Vous avez bien lu, des touristes. Mais leur nombre est très restreint et chaque visite est encadrée, de façon un peu maniaque, par des guides – des fonctionnaires ou des militaires – qui s’assurent que ce que les visiteurs voient correspond avec l’image que l’on veut projeter.

Chaque visiteur doit respecter les règles strictes dictées pas à pas par les guides et doivent se soumettre à des rituels qui consistent à rendre hommage aux dirigeants locaux, lesquels sont vus comme des dieux par la population.

Les statues démesurées de Kim Il-Sung et Kim Jong-Il

Cette vénération, instituée par Kim Il-Sung, a permis à ce dernier d’assurer le maintien au pouvoir à sa descendance. Ainsi, à sa mort, son fils Kim Jong-Il l’a remplacé à la tête du pays. À son tour, ce dernier a légué le pouvoir à son fils, le dirigeant actuel Kim Jung-Un. Kim Il-Sung, le fondateur de cette première dynastie communiste de l’histoire, portait le titre de Dirigeant Suprême. Il était considéré comme le président éternel de la nation et le professeur de l’humanité toute entière (rien de moins !). Kim Jong-Il fut nommé secrétaire général éternel du Parti, de façon posthume, par son fils Kim Jung-Un.

Même si ces titres ronflants nous semblent ridicules tellement ils sont exagérés, il en est tout autrement pour le peuple nord-coréen. La population fait l’objet d’un méticuleux lavage de cerveau par le régime des Kim, qui ont ni plus ni moins créé une religion d’État autour de leur famille. Dès l’enfance, on veille à programmer les Nord-Coréens en présentant les dirigeants comme des êtres supérieurs, dotés de pouvoirs incroyables et d’une puissance infinie. On enseigne aux enfants à adorer les membres de la famille Kim, en leur apprenant des chansons patriotiques à la gloire du régime. Avant qu’ils n’aient atteint l’adolescence, on les habille en soldats dans ce qui serait un équivalent nord-coréen des scouts au Canada. À l’exception près que, dans les scouts, on ne conditionne pas les enfants à une soumission totale et on ne les radicalise pas au point de vouloir sacrifier leur vie pour leur leader. Les Nord-Coréens ne se gênent pas pour le faire.

Vue panoramique de Pyongyang, capitale de la Corée du Nord

Tout, tout, tout est contrôlé dans cette dictature impitoyable. Chaque aspect de la vie des citoyens est encadré. De leur coupe de cheveux à leur travail en passant par leurs loisirs. La seule musique permise est composée à la gloire des dirigeants. Les seuls livres disponibles sont des œuvres de propagande, dont la majorité est signée par les dirigeants eux-mêmes, un peu plus que ce qui est physiquement possible d’ailleurs. Bien sûr, la télévision ne présente que des programmes créés ou approuvés par l’État.

De cette façon, le régime s’assure que la population ignore ce qui se passe dans le reste du monde. Internet n’existe à peu près pas. Rares sont ceux qui y ont accès et il n’y a que quelques sites disponibles, tous opérés par le gouvernement.

Ce vase clos permet aux dirigeants de faire croire ce qu’ils veulent à la population. Ainsi, les citoyens de la Corée du Nord sont convaincus que la Terre entière partage leur admiration pour leurs leaders. De même, ils sont persuadés que leur pays est le plus puissant et le plus respecté de la planète.

Après tout, les Kim sont des demi-dieux, non ? On serait forcé de le penser si l’on croyait les soi-disant exploits dont ils se vantent.

Voici quelques-unes des croyances les plus absurdes, les faits les plus étranges et les mensonges les plus éhontés véhiculés dans la propagande nord-coréenne.

1) Un calendrier à part

Dans les cours d’histoire en Corée du Nord, on apprend que le calendrier commence avec la naissance de Kim Il-Sung, en 1912. Autrement dit, ils viennent d’entamer le 2e siècle ! Tout ce qui s’est passé avant n’a pas d’importance, puisque le grand leader éternel n’y était pas !

Chez les Kim, cette grandeur est héréditaire ! Ce qui veut dire que les fils et petit-fils de Kim Il-Sung sont tout aussi extraordinaires. D’ailleurs,  ils ont inventé toutes sortes d’histoires pour qu’on le comprenne bien !

2) Kim Jong-Il, le champion du narcissisme

« L’éternel » Kim Jong-Il

Celui qui a poussé le plus loin dans le sens de la divinité est sans contredit Kim Jong-Il, qui a gouverné le pays en véritable despote de 1994 à 2011. En effet, son père, qui était également son prédécesseur, était considéré comme un être infaillible, le président éternel de la nation, … Pas facile à égaler pour son fils, qui a misé sur la quantité de croyances à son sujet et de titres pour le désigner. Au total, Kim Jong-Il portait 54 titres, dont voici quelques exemples :

Personnage supérieur

Cher dirigeant

Brillant dirigeant

Père du peuple

Soleil de l’avenir communiste

Guide des rayons du soleil

Grand général

Grand homme descendu du ciel

Sauveur

Cher dirigeant, qui est l’incarnation parfaite de l’apparence que devrait avoir un dirigeant (non, ce n’est pas une joke)

3) Naissance divine et enfance

Double arc-en-ciel

Kim Jong-Il était aussi surnommé Étoile brillante du Mont Paektu. La raison de cette appellation illustre parfaitement la nature de cette grande secte nationale : on prétend que Kim Jong-Il est né au sommet du Mont Paektu, dans une base secrète de son illustre paternel. Au moment de sa naissance, laquelle fut annoncée par une hirondelle, l’hiver se serait retiré pour laisser place à un printemps hâtif. Une nouvelle étoile serait apparue dans le ciel, ainsi qu’un double arc-en-ciel.

La réalité veut plutôt qu’il soit né dans un village de Sibérie, dans des circonstances tout-à-fait ordinaires !

4) Un enfant exceptionnel

Selon les enseignements, Kim Jong-Il aurait commencé à marcher dès l’âge de trois semaines et il parlait couramment à huit semaines !

Imaginez un bébé âgé de deux mois qui se balade aisément en discutant avec autant de vocabulaire qu’un adulte ! La scène est grotesque, mais les Nord-Coréens semblent y croire… Du moins, ils n’en ont pas le choix !

5) Un auteur prolifique

Avant de se consacrer uniquement à diriger son pays, Kim Jong-Il a dédié quelques années à l’écriture et à la composition. Évidemment, vu sa supériorité naturelle, il ne lui aurait fallu que trois années pour écrire 1500 livres ainsi que six opéras – les meilleures de l’histoire de la musique, bien évidemment ! Cela fait certainement de lui l’auteur le plus prolifique de l’histoire de l’humanité !

6) Un athlète d’exception

Trou d’un coup de Kim Jong-Il

Un jour, Kim Jong-Il a eu envie d’essayer le golf. À sa première partie, il aurait réalisé un score de 38 sous la normale et aurait réussi 11 trous d’un coup. Cette performance l’a hissé au rang de meilleur joueur de l’histoire de l’humanité… après une partie seulement !

7) Maître de la météo

Émotions météorologiques

L’illustre dictateur aurait le pouvoir de contrôler les éléments qui s’adapteraient selon son humeur. Il semble que quand le leader pleure… le ciel pleure aussi ! Par respect pour lui, je suppose. En revanche, lorsqu’il est heureux, il ferait toujours beau !

8) Le roi du burger

Double-pain avec viande

Le hamburger, ce sandwich si populaire au pays de l’Oncle Sam, serait en fait une création de Kim Jong-Il lui-même ! Évidemment, vu la haine viscérale qu’entretiennent les Kim face à leurs ennemis américains, le plat porte le nom de « double-pain avec viande » !

9) Goûts particuliers et famine

Steak à la Kim avant préparation

Hormis les burgers, Kim Jong-Il aime bien se repaître d’aliments de luxe comme le homard, le vin français… et la viande d’âne !

Nord-Coréen affamé préparant son dîner

Tandis que le dictateur se bourre la face de ses mets favoris, sa population souffre régulièrement de famine. Le potentat conseille à son peuple de se sustenter en mangeant de l’herbe ou du bran de scie. Lorsque ces épisodes de famine surviennent, on prétend que la pénurie alimentaire est mondiale et que la Corée-du-Nord s’en sort mieux que les autres pays.

10) L’équilibre parfait

Petit chien mal calibré

Croyez-le ou non, Kim Jong-Il n’a jamais eu besoin d’utiliser de toilette de toute sa vie ! Son alimentation ainsi que son corps sont si bien calibrés qu’il n’a aucunement besoin de rejeter de déchets. Chaque partie des aliments qu’il consomme est utilisée et comme il en mange exactement la bonne quantité… PAS DE CACA !

On est divin ou on l’est pas !

11) Kim Jong-Un… aussi exceptionnel que son père !

Le dirigeant actuel de la Corée-du-Nord a déjà quelques exploits à son actif et on peut parier qu’il s’en ajoutera d’autres au cours de son mandat à vie. Comme son papa, Kim Jung-Un est très précoce et se démarque des humains ordinaires par ses capacités hors du commun !

Jeune pilote de course

Déjà enfant, il était un navigateur hors-pair et un pilote au talent inné. Ce don n’est pas si étonnant si l’on croit le régime totalitaire, qui affirme que le petit Kim Jung-Un maîtrisait déjà la conduite automobile dès l’âge de trois ans (vous pouvez rire) !

12) Qui s’assemblent se ressemblent !

Grand fan de basketball, Kim Jung-Un entretient une relation avec la vedette retraitée des Bulls de Chicago, Dennis Rodman. Au départ, le tyran souhaitait rencontrer Michael Jordan, mais devant le manque d’intérêt de ce dernier, il a jeté son dévolu sur son co-équipier. Rodman s’est retrouvé à chanter bonne fête en personne à Kim Jung-Un et serait devenu son meilleur ami.

Ensemble, ils font du jet-ski, ils jouent au golf, pratiquent l’équitation et… s’adonnent souvent au karaoké !

Amis pour la vie !

Répondant aux critiques, Rodman affirme ignorer ce qu’on reproche au dictateur. Il le trouve cool, alors il est cool avec lui. Il est impressionné par la vénération que le peuple éprouve pour Kim dans son pays. Qu’ils y soient obligés ou non, il s’en fout. Qu’il soit un dictateur ou non lui est égal. Rodman compare les camps de concentration nord-coréens aux prisons nord-américaines. Pour lui, c’est du pareil au même. Même si les gens qui finissent dans ces camps ne sont souvent coupables d’aucun crime réel.

Un dictateur tenant le livre d’un aspirant dictateur !

Quand on lui demande comment il peut être ami avec un autocrate sanguinaire, qui a notamment tué son propre frère, Rodman compare la Corée du Nord à une ex-femme ! « On l’aime mais on la déteste en même temps. Il faut vivre avec » ! Rodman, qui est aussi un ami de Donald Trump, a même offert au leader Nord-Coréen le livre « The art of the deal » de Trump ! Comme on dit, qui s’assemblent se ressemblent !

13) Un héros du temps

Un voleur de temps

Durant des décennies, les Nord-Coréens ont cru que les japonais leur avaient volé du temps lors de leur occupation du territoire en 1919. Oui-oui, du temps ! Mais Kim Jong-un a réparé cette injustice le 15 août 2015, en reculant l’ensemble des horloges du pays d’une demi-heure !

Des rivaux sur l’échiquier mondial

La dictature de la dynastie Kim est bien installée et le culte de la personnalité envers cette famille est si bien implanté que les chances d’un changement de régime, d’une rébellion victorieuse ou d’une accession à la démocratie sont infinitésimales. La seule chose que l’on puisse faire est d’espérer que la soif de pouvoir des Kim ne les poussera pas à faire usage des armes nucléaires dont ils disposent et que leur folie demeurera à l’intérieur de leurs frontières.



Découvrez les croyances absurdes qui font de la Corée du Nord, un pays sectaire et dangereux !
Partager cette trouvaille!Partager!Envoyer par courrielEnvoyer!
Moyenne de 5 sur 8 votes

Photo de profil de François Paquette

François Paquette

Animateur de radio, podcaster et blogueur.

On veut votre avis sur ce contenu québécois