Accueil » Geek » Nature et vie sauvage » 10 plantes printanières à admirer au Québec

10 plantes printanières à admirer au Québec

10 plantes printanières à admirer au Québec : saurez-vous les trouver lors de votre prochaine balade ?

Voyant le succès de l’article sur les chants des oiseaux printaniers, (vous avez vraiment hâte que l’hiver soit fini!) j’ai décidé de poursuivre avec des plantes printanières. J’ai fait une petite sélection de nos plantes les plus communes au printemps, mais comme la province est grande, il se peut que chez vous le printemps soit très différent de chez moi… Vous savez, l’année dernière, j’étais rendue à planter mes tomates en Estrie, mais il y avait encore de la neige dans les Laurentides!

Alors sans attendre, voici les fleurs et verdures à admirer dans les prochaines semaines (mois?) au Québec:

Érythrone d’Amérique

Définitivement le premier signe du printemps chez moi… et aussi le plus décevant! C’est une plante très commune dans les sous-bois, et qui sort très, très tôt au printemps. En fait, dès que la neige fond, on peut voir les feuilles émerger du sol en de petites tiges pointues qui percent les feuilles mortes au sol. Ces tiges sont en fait des feuilles roulées très serrées qui s’épanouissent quand elles sont exposées au soleil.

Photo: Jenny 

Les feuilles sont d’un vert assez foncé et tacheté de violet grisâtre. Elles sont vraiment faciles à reconnaitre et font de grands tapis verts parsemés de quelques fleurs jaunes. Dès que les feuilles des arbres feront de l’ombre, l’érythrone disparaîtra!

Pourquoi est-ce décevant? Deux raisons: premièrement, les fleurs sont tournées vers le sol. Il faut se pencher pour en apprécier la beauté, voir se coucher au sol pour la prendre en photo… Oui, c’est ce que j’ai fait!

Photo: Audrey Martel

La deuxième raison de ma déception: je suis une adepte de plantes comestibles. Et les feuilles de l’érythrone sont comestibles! Vous imaginez mon bonheur et mon impatience de les cueillir à mon premier printemps de cueilleuse sauvage? Tout enjouée, je vais dans ma forêt, je m’assure pour la dixième fois que j’ai bien identifié l’érythrone, je cueille une feuille, me la met joyeusement dans la bouche… Et ça goûte le savon… Quelle déception! C’est vraiment dégueulasse! Et je m’essaie à chaque année, mais ça ne devient pas meilleur… J’insiste, le mot est fort, mais c’est VRAIMENT DÉGUEULASSE!

Ahhh une chance que ça fait des belles fleurs qui nourrissent les insectes… Au moins, eux, ils ont un bon lunch printanier avec cette plante!

Tussilage

Non, ce n’est pas un pissenlit. Le tussilage est une fleur qui apparait avant le feuillage. Ainsi, elle sort de nulle part (dans la garnotte), fleurit de manière plutôt incongrue (on voit rarement une fleur sans feuilles!), puis la fleur fane, et quelques semaines plus tard, c’est le feuillage qui pousse et persiste tout l’été. C’est la première fleur que mes chiens (adoptés en hiver) ont découvert dans leur vie, c’est dire qu’elles sont précoces!

Trilles

Magnifiques fleurs à trois pétales, les différents trilles poussent partout au Québec dans les sous-bois. Ils sont faciles à reconnaître: franchement, connaissez-vous beaucoup de fleurs à trois pétales?. Si la fleur disparaît, le feuillage persiste tout l’été et peut s’identifier assez facilement aussi avec ses trois feuilles par tiges.

Chaque fleur qui a été pollinisée donne un fruit à l’apparence d’une tomate cerise plus ou moins lisse selon l’espèce. Certains oiseaux mangent les fruits et les graines, dont le geai bleu, qui les cache pour s’en faire des réserves hivernales. Je suis restée assez surprise la première fois que j’en ai trouvé une, cachée sous mon plant de basilic, dans un pot sur mon balcon!

Vératre vert, ou tabac du diable

Celle-ci ne fait pas de fleur vraiment intéressante, mais la plante en soi est spectaculaire. C’est la première plante réellement touffue à verdir les sous-bois. Loin d’être subtile, elle est assez grosse et se propage par rhizome (par les racines), ce qui crée des colonies parfois impressionnantes.

Photo: Chantal Rosa

Le vératre était utilisé en médecine traditionnelle chez les Premières Nations au Canada pour soigner différents maux, mais il n’est pas recommandé de s’en servir sans l’avis d’un médecin puisque les effets sont très puissants. D’ailleurs, le nom «tabac du diable» aurait été donné à cette plante car la fumer provoque des hallucinations et nausées importantes (pas le genre de trip «fun» que certains recherchent!).

Je n’ai aucune source fiable pour cette information, mais j’ai lu quelque part que les aspirants chefs consommaient le vératre lors de rituels pour prouver qu’ils étaient les plus forts… Celui qui ne vomi pas est reconnu comme le plus apte à diriger!

Osmonde canelle

Ma fougère printanière préférée! Ses frondes (le nom des feuilles de fougères) montent haut d’une vingtaine de centimètre avant de se dérouler. Jusqu’ici, rien d’exceptionnel… Mais ce qui rend l’osmonde cannelle spectaculaire, c’est le petit duvet beige-roux qui recouvre la tige de la fronde avant qu’elle ne se déroule. C’est étrange et coloré, et ça ne passe pas inaperçu!

Photo: Daniel Morton

Claytonie de caroline

Une fleur vraiment, mais vraiment mignonne. Elle est minuscule et il est facile de la manquer si on ne se penche pas pour observer près du sol. En fait, la fleur est de la même grosseur qu’un ongle (et encore, pas celui du pouce!) Mais voilà, quand on en a trouvé une et qu’on s’approche, on en voit deux, trois, cent autres! Elles forment un (très) discret tapis forestier au printemps, mais leur délicatesse vaut le coup d’œil.

Populage des marais

Il faudra attendre le début de mai pour voir fleurir cette plante particulièrement ensoleillée. Il y a peu de fleurs colorées qui sont connues pour égayer les marais et autres eaux peu profondes au Québec, mais le populage est sans aucun doute une vedette printanière des milieux humides. On peut le voir dans les petites rigoles des tranchées qui longent les routes et sentiers: une belle talle de fleurs jaunes et lumineuses!

Iridaceae… hein?

Quoi, vous ne parlez pas latin, vous? 😉

En fait, en écrivant cet article, j’avais en tête deux autres plantes printanières, soit l’iris, ainsi que le crocus. En faisant quelques recherches, j’ai découvert que ces deux plantes sont en fait proches l’une de l’autre et font toutes les deux parties de la même famille: les iridaceae (oui, oui, «eae»… foutu latin!)

Si le crocus n’est pas originaire du Québec, il est souvent utilisé dans nos plates-bandes pour une floraison très hâtive. Issue d’un bulbe, cette plante aux multiples couleurs fleurit si tôt au printemps qu’elle en perce parfois les plaques de neiges (mais attention, il ne s’agit pas des perce-neiges, une autre plante Européenne qui fleurit très tôt).

Photo: delisaj

Toutefois, si vous êtes plus du genre à vous promener en nature, vous pourrez peut-être observer des iris sauvages. Encore une fois, ceux-ci peuvent être présents dans les plates-bandes et viennent en de multiples couleurs, mais en nature, c’est plutôt l’iris versicolore que vous risquez d’apercevoir.

Emblème floral du Québec, l’iris versicolore présente des fleurs d’une jolie teinte violette et est… Quoi? J’ai dit quelque chose qui vous dérange?… Ahhhh, oui… l’emblème du Québec…

Eh bien non, CE N’EST PAS LA FLEUR DE LYS !!!!!!

Le lys n’est pas originaire du Québec. Même s’il est sur notre drapeau, c’est en fait un symbole provenant de la royauté française. Comme ce n’est pas une plante d’ici, ce n’est pas notre emblème… au même titre que le palmier, le cactus ou la banane ne le sont pas non plus.

Je reviens donc à mon iris versicolore… S’il n’est pas suffisamment exposé au soleil, il ne fleurit pas. On peut quand même le reconnaître, car les feuilles poussent l’une dans l’autre et forment une espèce de tige étrangement aplatie. Admirez votre bel emblème:

Photo: Guy Lemelin

Tulipe

Si on reste dans les bulbes produisant de jolies fleurs d’ornement colorées, il faut absolument mentionner la tulipe. Originaire d’Asie, d’Europe et du Moyen-Orient, elle tolère très bien nos hivers glaciaux et est devenue un incontournable du mois de mai dans les jardins, plates-bandes, et bouquets de fête des mères.

Je me permets de l’intégrer à cet article même si, comme les crocus, ce n’est une plante d’origine Québécoise. Même si elle ne vient pas d’ici, elle est maintenant très répandue et on s’est habitués à la voir… Tsé, on est accueillants au Québec, même pour les plantes! 😉

Bon printemps!



Le Québec regorge de plantes printanières éblouissantes qui méritent d'être admirées. Partez à la découverte de ces 10 espèces fascinantes et enrichissez vos connaissances sur la flore locale.
Partager cette trouvaille!Partager!Envoyer par courrielEnvoyer!
Moyenne de 5 sur 23 votes

Photo de profil de Audrey Martel

Audrey Martel

Audrey Martel est une biologiste diplômée de l'Université de Montréal. Elle se passionne pour les plantes et champignons comestibles, le comportement animal, les liens entre les espèces dans les écosystèmes, et la sensibilisation à la protection de la nature.

3 réflexions au sujet de “10 plantes printanières à admirer au Québec”

  1. Article très intéressant pour moi qui adorrre le printemps. J’aime connaître et reconnaître les premières fleurs qui apparaissent dans les sous-bois. Merci.

    Répondre
  2. J’adore ces fleurs du printemps elles me redonnent le goût de vivre et d’aimer la nature contrairement à l’hiver que je trouve morose. Merci de nous faire découvrir de si belles choses.🥰🥰

    Répondre

On veut votre avis sur ce contenu québécois