Accueil » Geek » Nature et vie sauvage » 10 oiseaux printaniers à observer, et surtout: à écouter!

10 oiseaux printaniers à observer, et surtout: à écouter!

Écoutez les chants des oiseaux printaniers : une expérience inoubliable!

Pour moi, l’arrivée du printemps se mesure à la diversité des chants d’oiseaux. Avant que des pousses vertes ne viennent parer les arbres, que le soleil ne nous illumine jusqu’après le souper, ou que toute la neige aie fondu, c’est d’abord et avant tout en tendant l’oreille qu’on réalise à quel point la belle saison est proche.

La raison est bien simple: les oiseaux arrivent tôt au printemps pour trouver le meilleur territoire où fabriquer leur nid. Dès leur arrivée, les mâles chantent pour séduire les femelles et ainsi, former un couple qui devra travailler dur à la construction du nid. Tout ça dans le but de finalement pondre des œufs à la fin du printemps ou au début de l’été, c’est-à-dire, au moment où les ressources sont les plus abondantes. Avant la fin de l’automne, les petits doivent être sevrés et autonomes pour attaquer la migration, on comprend donc pourquoi au printemps, les oiseaux n’ont «pas l’temps d’niaiser»!

Pour tous les ornithologues amateurs, l’automne est LE moment parfait pour exercer leur passion:

  • Les mâles chantent et il n’y a pas d’autres bruits pour interférer (vent dans les feuilles, écureils, tondeuses… tsé!)
  • Comme il n’y a pas encore de feuilles dans les arbres, on les voit très facilement
  • Les mâles portent leurs couleurs nuptiales dans toute leur splendeur et sont donc très voyants
  • Les couples se déplacent beaucoup pour trouver les matériaux nécessaires à la fabrication du nid

Personnellement, j’adore sortir sur mon perron le matin avec mon café et écouter, tout simplement. Chaque semaine, j’entend une nouveau chant qui s’ajouter à la cacophonie des amourettes des oiseaux. Et vous savez ce que ça signifie: chaque espèce de retour au Québec nous rapproche un peu plus de l’été!

Sans plus attendre, voici 10 chants d’oiseaux printaniers qui s’ajouteront au fil des prochaines semaines aux bruits de la nature.

**Pour bien profiter de l’article, je vous invite à écouter les chants tout en lisant les quelques lignes correspondant à l’espèce. J’espère que vous aurez ainsi l’impression d’être avec moi, sur mon balcon, café à la main, entourés de chants, à lire tranquillement et en savourant le printemps.**

Junco ardoisé

Par Andrew Spencer

De passage seulement dans ma région (en Estrie), le junco passe l’hiver plus au sud, et l’été plus au nord! J’ai quand même le plaisir de profiter de sa présence quelque deux semaines aux mi-saisons. Cet oiseau est très discret: il est gris et sans signe distinctif qui saute aux yeux. Il passe souvent inaperçu à picorer dans mon entrée. Jusqu’à ce que j’arrive en auto: une envolée digne d’un lâché de colombes se produit, dévoilant des lignes blanches de chaque côté de la queue de ces petits oiseaux.

Le junco ardoisé est splendide en vol, et c’est, dès le début avril, l’un de mes premiers signes du printemps.

(Je n’ai malheureusement pas trouvé d’image où on voit la queue déployée avec les bandes blanches…)

Carouge à épaulettes

Par Don Jones

Souvent confondu avec le chant peu élégant des corneilles ou des geais bleus, les carouges n’ont définitivement pas le chant le plus mélodieux. Cependant, comme il vit dans les espaces ouverts, c’est un oiseau très facile à repérer lorsqu’on se promène en voiture en région rurale. Au printemps, leurs épaulettes sont d’un rouge vif absolument magnifique.

Tourterelle triste

Par Manuel Grosselet

Son chant mélancolique fait partie de mes souvenirs d’enfance. Nous avions une mangeoire à chardonnerets et les graines tombées au sol attiraient les tourterelles. Les matins, il n’était pas rare de me réveiller au son doux et calme de cet oiseau. Il arrive assez tôt au printemps et est parfois confondu avec les pigeons. (Il faut dire qu’ils sont de proches cousins.)

Photo: amuradiaphoto

Merle d’Amérique

Par Andrew Spencer

Un autre oiseau qui arrive tôt en mars, le merle d’Amérique. Il est facile à observer puisqu’il parcoure les pelouses pour débusquer de bons vers à grignoter. Deux constats sur cet oiseau: même s’il n’est pas rare (on le voit même en ville!), peu de gens ont déjà pris le temps de constater qu’il a un chant mélodieux. Ensuite: NON, CE N’EST PAS EN ROUGE-GORGE!!! Il n’y a pas de rouge-gorge au Québec; c’est un autre oiseau qui ne ressemble même pas à notre merle…!

Bruant chanteur et bruant à gorge blanche

Par: Manuel Grosselet

Il y a plusieurs espèces de bruants au Québec et beaucoup se ressemblent. Je les confonds sans arrêt! C’est une chance que le bruant chanteur… chante beaucoup… même si ce n’est semble-t-il jamais la même chanson! Mais l’un des bruants, au moins, est très facile à reconnaître avec son chant: le bruant à gorge blanche.

Par: Asher Warkentin

Fait fascinant: le chant du bruant à gorge blanche est souvent associé aux mots «où es-tu Frédérique, Frédérique, Frédérique». Toute fois, les chants peuvent évoluer dans le temps et la population qui se trouve au Québec a fait une version remix du chant de l’espèce. Il ne reste maintenant que deux notes plutôt que trois au moment d’entendre le fameux «Frédérique». C’est subtil, mais c’est l’accent québécois de cet oiseau!

Vacher à tête brune

Par: Thomas Magarian

Difficile à observer car il se tient souvent très, très haut dans les arbres, le vacher a un cri qui nous fait lever les yeux avec une certaine perplexité. C’est fort, c’est court, et on ne voit rien! J’ai un vacher qui est souvent sur les branches les plus hautes des arbres autour de ma maison. Silhouette lointaine, qui tient sur ce qui semble être la branche la plus haute et la plus fine des arbres. En fait, ce bruit, c’est son cri d’alarme (ou de défense de territoire), mais pas son chant nuptial. Celui-ci est beaucoup moins fort et ressemble à un bruit de déglutition!

Par: Frank Lambert

Ce n’est pas l’oiseau le plus commun, mais j’ai si longtemps été mystifiée par son chant que je tenais à vous le présenter. Peut-être que vous êtes aussi sceptiques que moi en entendant ces sons! Le vacher arrive en avril, mais ne construit pas de nid; c’est un oiseau parasite qui pond dans le nid des autres oiseaux (souvent dans celui des bruants).

Merlebleu de l’est

Par: Jacob Saucier

Cet oiseau tout bonnement magnifique arrive au début avril au Québec. Des actions de conservation sont en place pour venir en aide à cette espèce puisque leur nombre est en déclin. Vous en avez chez vous? Pourquoi ne pas leur installer un nichoir? Ils l’utiliseront avec plaisir! Ce n’est pas le chant le plus reconnaissable, mais quelle couleur incroyable à voir voleter au printemps!

Photo: Jeri Tooley

Hirondelles

Hirondelle bicolore par: Steve Hampton

«Une hirondelle ne fait pas le printemps»… et pourtant! Ça dépend de quelle espèce il est question. Certaines arrivent en avril, comme l’hirondelle bicolore, la rustique, et celle à ailes hérissées. D’autres n’arrivent qu’en mai, c’est le cas de la noire, de celle de rivage et de celle à front blanc. Encore une fois, pas un chant qui saute aux oreilles avec évidence, mais… quel oiseau magnifique!

Cardinal à poitrine rose

Par: Christopher McPherson

J’ai un gros coup de coeur pour ce cardinal! Il chante merveilleusement bien et j’en ai parfois qui viennent tout près de la fenêtre de mon salon. Il est élégant et son plumage est reconnaissable au premier coup d’oeil. Il est moins connu que son cousin le cardinal rouge, qui, lui, passe l’hiver au Québec, en plus de ne pas rechigner à s’installer en ville. Le cardinal à poitrine rose est plus forestier et a aussi une couleur plus discrète, mais quel plaisir de le voir s’installer au mois de mai! Quand son chant s’ajoute à la mélodie, c’est finalement l’été!

Cardinal à poitrine rose

Vous avez envie de vous immerger dans la nature? Vous avez envie de vous émerveiller devant la beauté des oiseaux? Venez découvrir les 10 oiseaux printaniers à observer et à écouter!
Partager cette trouvaille!Partager!Envoyer par courrielEnvoyer!
Moyenne de 5 sur 26 votes

Photo de profil de Audrey Martel

Audrey Martel

Audrey Martel est une biologiste diplômée de l'Université de Montréal. Elle se passionne pour les plantes et champignons comestibles, le comportement animal, les liens entre les espèces dans les écosystèmes, et la sensibilisation à la protection de la nature.

1 réflexion au sujet de « 10 oiseaux printaniers à observer, et surtout: à écouter! »

  1. J’ai adoré cet article , j’adore les oiseaux, ils sont mes invités dans ma cour ! Oui mon café sur le patio et le chant de tous ces oiseaux, l’éveil de la nature, c’est merveilleux !

    Répondre

On veut votre avis sur ce contenu québécois