Accueil » Culture » Littérature » Coïncidence ou prédiction : Le naufrage du Titan…ic ?

Coïncidence ou prédiction : Le naufrage du Titan…ic ?

14 ans avant le drame, un livre prédit le naufrage du Titanic...

De tout temps, les romanciers ont imaginé et mis sur papier des récits de tous genres pour captiver les lecteurs. Peu importe le style emprunté, les bonnes histoires respectent souvent une trame narrative crédible.

Autrement dit, plus l’histoire est plausible selon les paramètres de l’univers proposé par son auteur, plus on s’y immerge. Certains écrivains y parviennent si bien que parfois, ils semblent prédire le futur.

Il est logique d’envisager qu’un scénario crédible ait des chances de se produire. D’ailleurs, nous reconnaissons parfois dans la réalité des éléments de fiction du passé.

Jules Vernes, par exemple, a imaginé le sous-marin et la capsule spatiale bien avant qu’on ne songe à les inventer !

Il arrive même que la similitude des détails entre une œuvre de fiction et la réalité en devienne presque troublante !

C’est le cas de l’ouvrage « Futility » (traduction française : « Le Naufrage du Titan »), écrit par Morgan Robertson et paru en 1898. Le roman eut un succès modeste à sa sortie, mais vous comprendrez pourquoi, il connut ses heures de gloire au lendemain du naufrage du Titanic, en 1912.


Évidemment, vous me voyez venir avec mon gros bateau…

Mais outre le fait que le récit de Robertson soit paru 14 ans avant que le Titanic ne sombre au fond de l’Atlantique, la ressemblance ne se résume pas simplement à un nom tout à fait plausible pour un navire de taille titanesque, ni même à un naufrage comme tel… En fait, les nombreuses concordances sont si précises que l’analogie entre l’œuvre fictive et le tristement célèbre naufrage du Titanic en est déconcertante. En voici quelques exemples…

D’abord, les deux navires réputés insubmersibles sont de dimensions comparables, décrits tous deux comme les plus imposants de leur époque. Le Titan mesure 240 mètres tandis que le Titanic en fait 269 et ils ont le même tonnage (capacité de stockage de cargaison), soit 45 000 tonnes. Le nombre de passagers profitant du luxe de leur vaisseau respectif est similaire.

Les paquebots battent tous deux pavillon britannique et ont un itinéraire similaire, à la même période de l’année, navigant dans les eaux froides de l’Atlantique au mois d’avril.

Les deux bâtiments sont propulsés par trois gigantesques hélices leur permettant d’atteindre jusqu’à 25 nœuds, une vitesse appréciable pour l’époque. Une vitesse que le capitaine imaginé par Robertson et celui du Titanic, nommés tous deux Smith, veulent mettre à profit pour épater la galerie.

Dans « Futility », l’auteur illustre la vitesse excessive du Titan, lequel finit inexorablement par frapper un iceberg qui perce son flanc, rendant inopérantes les cloisons étanches. Exactement comme les événements ayant mené au naufrage du Titanic.

Et les coïncidences ne s’arrêtent pas là !

Au moment de sombrer dans l’océan glacial, bon nombre des membres de l’équipage et des passagers sont sacrifiés à cause du manque de canots de sauvetage. Si vous êtes faits comme moi, des images du film de James Cameron défilent dans votre tête : les riches qui s’approprient les canots, les violons, le coup de feu…

Tant dans le roman que dans la réalité, les deux paquebots furent secourus par un navire qui voguait en direction de la même destination : Gibraltar ! Similaires jusqu’à la fin !

Avec l’accumulation des concordances, il est évident que plusieurs voient le récit de Robertson comme une prémonition. En effet, en s’attardant sur les ressemblances et en faisant fi des variantes, il peut être tentant de croire à une sorte de prophétie. Cependant, selon ce que l’on sait de Morgan Robertson, le romancier avait de bonnes connaissances de la marine, notamment quant aux routes et aux risques qu’affrontaient les navires de l’époque. Il est donc raisonnable de croire que l’auteur avait tout ce qu’il faut pour imaginer une histoire plausible et envisageable.

Prémonition ou coïncidences, avouons tout de même que les similitudes évoquées sont, à tout le moins, surprenantes !

Amateur de coïncidences ? Lire également…


Vous aimez lire sur les coincidences troublantes? On vous raconte l'histoire du livre qui prédit le naufrage du Titanic...
Partager cette trouvaille!Partager!Envoyer par courrielEnvoyer!
Moyenne de 5 sur 15 votes

Photo de profil de François Paquette

François Paquette

Animateur de radio, podcaster et blogueur.

4 réflexions au sujet de “Coïncidence ou prédiction : Le naufrage du Titan…ic ?”

  1. Très bon ,ta pas le choix de le lire jusqu’à la fin,j,adore l,intrigue ,comme on le dit dans mon milieu,je vais me coucher moins niaiseux 😛 merci ☺️

    Répondre

On veut votre avis sur ce contenu québécois