Accueil » Culture » Évangéline : l’histoire d’un exil en chanson

Évangéline : l’histoire d’un exil en chanson

🎶 Évangéline et son exil : Découvrez son histoire bouleversante

Qui est Évangéline ?

Évangéline est un personnage fictif tiré du poème de Henry Wadsworth Longfellow « Évangeline, A Tale of Acadie ». Publié en 1847, ce texte raconte l’histoire d’une jeune femme, Évangéline, et de son fiancé Gabriel. Les deux amants ont été séparés par les Anglais lors de la Déportation de Grand-Pré (Nouvelle-Écosse) en 1755. Évangéline part donc à la rechercher de Gabriel et parcourt toute l’Amérique jusqu’à le retrouver, à Philadelphie, où il mourra dans ses bras.

Ce poème épique a eu beaucoup de succès et s’est répandu en Acadie, en Louisiane, mais aussi à travers l’Amérique et jusqu’en Europe. Le poème a été traduit dans plusieurs langues et a grandement contribué à faire connaitre l’histoire des Acadiens dans le monde entier.

Le personnage d’Évangéline a aussi inspiré plusieurs chansons, dont celle de l’auteur-compositeur et interprète Michel Conte. La chanson est enregistrée pour la première fois par la chanteuse québécoise Isabelle Pierre en 1971. Au cours des années, plusieurs autres artistes ont repris la chanson, comme Annie Blanchard, qui en a fait une version encore très populaire aujourd’hui (écoutez la chanson ici).

Source : Évangline (Longfellow) – Wikipédia

L’Histoire

Les Acadiens

L’Acadie est considérée comme une nation, une région culturelle ou un ensemble de communautés d’Amérique du Nord. Au Canada, les territoires en faisant partie sont le nord et l’est du Nouveau-Brunswick, certaines localités plus isolées au Québec, sur l’Île-du-Prince-Édouard et en Nouvelle-Écosse. Aux États-Unis, il y a essentiellement le nord-ouest du Maine. Parfois, la Louisiane est aussi considérée dans le territoire de l’Acadie, puisque des Acadiens du Nord y sont allés se réfugier lors de la fameuse déportation.

Les Acadiens sont un peuple majoritairement francophone qui descendent des premiers colons français. Certains sont aussi des descendants de certains peuples autochtones de la région.

Contexte historique entourant la déportation des Acadiens

Malgré la victoire de la Grande-Bretagne sur la France en 1713, certains colons français décident de rester vivre en Acadie. Cependant, le but de la Grande-Bretagne est d’angliciser ce territoire qui est encore francophone. À partir de 1749, des colons anglais viennent donc s’installer en Acadie dans ce but, mais la plupart des Français refusent de se soumettre à la couronne. C’est le Grand Dérangement. Le gouverneur anglais du Canada lance donc un ultimatum aux Acadiens : jurer fidélité à la Couronne britannique ou se diriger vers les terres francophones. Cependant, la majorité refuse tout de même de prêter allégeance à la Grande-Bretagne, et c’est en 1755 que commencera la déportation des Acadiens… 

Source : AmériqueFrançaise.org

La déportation des Acadiens

Se déroulant entre 1755 et 1763, la déportation des Acadiens est un des événements les plus tragiques et le plus marquants de l’histoire de l’Acadie.

Elle commence peu avant la prise de possession de la Nouvelle-France par les Britanniques pendant la période du Grand Dérangement. Le but de la Grande-Bretagne est de faire un nettoyage ethnique. Bien que l’expropriation massive de ce peuple ait duré jusqu’en 1763, soit jusqu’à la fin de la guerre de Sept Ans, la majorité des Acadiens furent déportés en 1755. Sur les 18 000 habitants de l’Acadie, entre 12 000 et 13 000 (selon les sources) sont déportés vers l’Angleterre. Plusieurs familles ne reverront jamais leurs proches, séparés à jamais. Ce sont plus de 8 000 Acadiens qui meurent sur les navires en raison du froid, des maladies, de la malnutrition et des naufrages.

Sur le territoire, les Britanniques détruisent absolument tout. Les maisons, écoles, fermes, récoltes (etc.), sont incendiés, empêchant ainsi les Acadiens de revenir sur leur territoire. Il semblerait que ce soit Charles Morris, un immigrant de la Nouvelle-Angleterre, qui ait conçu ce plan de la déportation : encercler les églises acadiennes un dimanche matin, capturer autant d’hommes que possible et tout détruire sur leur passage.

Source : https://joachimleblanc.com/deporta.htm

L’image souvent véhiculée est que les Acadiens se sont laissé déporter. Au contraire, les Acadiens ont montré de la résistance aux attaques des Britanniques. Certains se joignent aux forces armées françaises, d’autres deviennent corsaires ou nuisent volontairement au travail de l’armée anglaise. Certains ont aussi réussi à s’enfuir des forts où ils étaient emprisonnés ou ont réussi à prendre le contrôle des navires qui les déportaient. Ils se sont battus pour survivre.

Les survivants de ce nettoyage ethnique ont continué de se déplacer pendant des décennies d’où la présence du peuple acadien partout autour du globe : Canada, Louisiane, France, Antilles, etc.

Évangéline : symbole historique

Évangéline est devenue un symbole de cette période tragique de l’histoire des Acadiens : jeune femme séparée de son amant à la recherche de ce dernier jusqu’à la fin de ses jours. Son histoire, étant à la fois héroïque et émotive, a su toucher le cœur de plusieurs. Elle évoque l’histoire de tous les Acadiens séparés de ceux qu’ils aimaient. Bien que certains trouvent l’image d’Évangéline peu représentative de l’effort de résistance des Acadiens, elle demeure un symbole important pour l’Acadie.

Source : page Facebook Grand-Pré National Historic Site, Parks Canada


Laissez-vous transporter par l'histoire d'Évangéline, racontée de manière poignante à travers la chanson. Un récit d'exil qui touche l'âme et le coeur.
Partager cette trouvaille!Partager!Envoyer par courrielEnvoyer!
Moyenne de 5 sur 7 votes

Photo de profil de Lucrezia

Lucrezia

Passionnée par les voyages, le sport, la nourriture et les arts, l'écriture est un moyen pour Lucrezia de s'évader dans d'autres mondes et partager ses découvertes. Arrivée d'Italie il y a presque 18 ans, on peut dire qu'elle a été charmée par le Québec et sa culture! Fun fact sur la jeune rédactrice : elle avait deux rats a-do-rables comme animaux de compagnie, Gin et Tonic.

On veut votre avis sur ce contenu québécois