Accueil » Culture » Secte québécoise : La Mission de l’Esprit-Saint

Secte québécoise : La Mission de l’Esprit-Saint

🚨 Secte au Québec : Plongée au cœur de La Mission de l'Esprit-Saint

La Mission de L’Esprit-Saint est un mouvement religieux marginal qui voue un culte à Eugène Richer dit La Flèche, un ancien policier, mort en 1925. Cet ex-agent de la paix aurait tenu une maison de débauche et fraudé plusieurs personnes. Mais ce n’est évidemment pas pour ça que ses fidèles le vénèrent.

Les croyances

Les adeptes croient que Eugène Richer dit La Flèche est l’incarnation de l’Esprit-Saint et que sa venue sur Terre était annoncée par Jésus Christ et d’autres prophètes.

En tant que le tiers de la Sainte-Trinité, il se devait d’accomplir quelques miracles ! Les membres de la Mission de l’Esprit-Saint croient que Eugène Richer a reçu la visite de Jésus-Christ sur la rue de l’Hôtel de Ville à Montréal, qu’il a ressuscité un homme sur la place d’Armes, qu’il avait prédit l’assassinat du Tsar de Russie, qu’il commandait la neige et autres actes miraculeux.

Les valeurs

Évidemment il faut vouer un culte sans relâche au « Maître » le gourou Eugène Richer dit La Flèche. La dévotion est telle que l’on nomme les enfants presque exclusivement de déclinaison des noms Eugène, Richer et La Flèche.

Des prénoms comme Richer, La Flèche, Eugène, Eugénie, Eugénelle, Eugénette, Richère, Richaire, Fléchanne, Fléchette, Fléchelle, Fléchère sont courants chez les membres de la secte.

Le pupitre de Fléchelle

Dans la Mission du Saint-Esprit, la femme a un rôle de subalterne et quelque peu ésotérique. On la considère à la fois comme la cocréatrice de Dieu grâce à sa capacité d’avoir des enfants mais aussi comme le berceau du mal parce que… Parce que !

La capacité de procréer est la seule valeur que l’on reconnaît vraiment à la femme dans la Mission de l’Esprit-Saint. Non seulement on la réduit à cette seule fonction, mais on est pressé de le faire.

La secte préconise le mariage à l’adolescence. Généralement, on marie les jeunes filles lorsqu’elles atteignent l’âge de 14 ou 15 ans. La loi au Québec interdit le mariage au moins de 16 ans, et il faut obtenir un jugement de la Cour supérieure pour marier des gens mineurs. Donc ces mariages illégaux sont célébrés dans la clandestinité. Une fois les adolescents mariés par la Mission, on leur fait comprendre qu’il ne faut pas tarder à démarrer ce qui devra être une famille nombreuse. Il n’est pas rare de voir des fratries d’une dizaine d’enfants ou que des gens au début de la trentaine soient déjà grands-parents.

On croit aussi à la réincarnation. À condition qu’une personne sacralisée ou en autorité dans la Mission n’appose ses mains de façon rituelle sur l’abdomen de la femme enceinte. Cette pratique de bénédiction de l’utérus assure qu’une bonne âme s’incarnera dans le fœtus. D’ailleurs les gens qui mènent une mauvaise vie aux yeux des autorités de la Mission, sont condamnés à se réincarner en vermine, comme des rats ou des serpents.

Outre la famille nombreuse, on insiste sur l’importance pour les adeptes de payer leur dîme, de ne jamais se plaindre et d’éviter le plus possible les contacts avec le monde extérieur.

L’éducation

Comme dans la plupart des groupes sectaires, on ne valorise pas l’éducation. Du moins, on ne fait pas confiance au système public pour la dispenser aux membres de la communauté. On fait plutôt appel à une disposition de la loi qui permet aux parents de faire l’école à leurs enfants. Malheureusement, les cours prévus par le ministère de l’Éducation sont édulcorés de contenu religieux et s’apparentent plus à de l’endoctrinement que de l’enseignement.

Toutes sortes de faussetés sont enseignées aux enfants de la secte. Même des théories ridicules qui vont à l’encontre de la science. Par exemple on enseigne que la Terre a la forme d’une poire et que les planètes n’existent pas ! D’ailleurs, le gouvernement a dû fermer au moins une école illégale dirigée par la Mission de l’Esprit-Saint.

Eugénisme

Pour ce qui est de la pérennité de l’espèce humaine, la Mission de l’Esprit-Saint compte sur l’eugénisme. Ils adhèrent à des théories assez farfelues qui reposent sur le principe que la santé et le potentiel d’un enfant se détermine à la conception et même avant.

Encore aujourd’hui, la Mission de l’Esprit-Saint compte plus de 500 membres, répartis en six branches qui se trouvent à Joliette, Saint-Paul, Lavaltrie et Anjou. Plusieurs cas d’agressions sexuelles, de violence conjugale et contre les enfants, de maltraitance médicale, de privation d’éducation ont été rapportés à propos de la secte. Les victimes de ces crimes sont presque exclusivement des femmes et des enfants.

Si vous, ou l’un de vos proches, vivez une situation difficile liée à une secte ou un système de croyances, il existe des ressources d’aide comme l’organisme info-secte dont voici un lien vers le site.

https://infosecte.org/aide-information/



La Mission de l'Esprit-Saint, une secte qui continue de susciter questions et controverses au sein de la société québécoise.
Partager cette trouvaille!Partager!Envoyer par courrielEnvoyer!
Moyenne de 5 sur 6 votes

Photo de profil de François Paquette

François Paquette

Animateur de radio, podcaster et blogueur.

1 réflexion au sujet de « Secte québécoise : La Mission de l’Esprit-Saint »

On veut votre avis sur ce contenu québécois